Vos nombreuses réponses, votre curiosité m’ont bien stimulé, merci ! Dans mon précédent mail, je vous parlais de notre Grande Cuvée 6 ans d’âge primée parmi les autres Grandes et Renommées Cuvées de Champagne.

Je m’aperçois que je ne vous l’ai pas présentée et que vous ne savez peut-être pas ce qu’est une cuvée spéciale… En fait, qu’entend-on par « Cuvée Spéciale » en Champagne ?

Quand ma mère a décidé de créer sa propre Maison de Champagne, personne ne nous attendait. Pourtant, elle avait tous les atouts en main pour le faire.

Tout d’abord son expérience, son savoir-faire, acquit en travaillant plus de 21 ans auprès de son père Claude, mon grand-père, président du Champagne Taittinger.

Ensuite, cette longue histoire champenoise qui commença en 1851 quand sa famille maternelle acquis le Champagne Piper-Heidsieck où elle fit son premier stage en 1983 et qui fût vendu en 1988.Mais ça ne suffisait pas. Notre nouvelle Maison devait être plus créative, innovante, différente, bref apporter à nos Cuvées de Champagne, une nouvelle énergie, un style “haute-couture” unique, raffiné et surprenant.

Évidemment, c’est risqué, d’être pointu dans l’élaboration d’une Grande Cuvée à forte personnalité mais en plus, c’est difficile.

Pour reprendre les mots de ma mère : “Il faut parfaitement maîtriser les bases du champagne pour pouvoir créer une Cuvée Spéciale.

Alors pourquoi 6 ans de vieillissement alors que légalement 15 mois en cave suffisent ?

Nous avons élaboré nos premières cuvées il y a presque 10 ans, quelques mois après l’exceptionnelle vendange de 2008. Quelle chance ! Combien de temps fallait-il laisser ce merveilleux vin vieillir pour qu’il soit lors de la dégustation, à son apogée ? Un Champagne Brut doit vieillir légalement au minimum 15 mois.

La plupart des grandes Maisons doublent au moins ce temps de vieillissement. Mais après 6 ans en cave (72 mois pour les intimes) le champagne commence à développer de nouveaux arômes, gagne en complexité, et surtout on observe à la dégustation un allongement merveilleux de la longueur en bouche. À l’œil, la robe prend des reflets dorés, le nez est fin et rappelle des notes de brioche. La bulle s’affine. La fougue et l’acidité du jeune vin ont laissé place à un champagne vineux, ample et moelleux.

Rien qu’à la lecture, vous comprenez pourquoi ma mère et moi avons attendu patiemment cette étape.