Quand chaleur et soleil viennent nous envahir l’été, on se rappelle d’un lieu, d’une ambiance, d’une odeur.

Les température grimpent et on se met doucement à rêver.

Incontestablement à la mode, les vins rosés florissent dès les premiers rayons de soleil.

De Corse, de Provence ou d’Anjou, il est incontournable l’été.

De notre côté on déguste avec bonheur les vins de notre domaine familial Peraldi dans les hauteurs d’Ajaccio.

Et le champagne rosé dans tout ça ?

 

 

Avec mon anniversaire le 22 Juillet, je ne me suis jamais posée la question de savoir si j’allais en boire ou non.

A vous entendre ce n’est pourtant pas toujours un choix évident.

Mais quand on connait l’envers du décor, et le potentiel qui se cache derrière chaque bouteille de champagne rosé, il devient lui aussi incontournable.

Notre mission, vous faire profiter au mieux des pouvoirs qui lui sont conférés.

Le champagne rosé offre une liberté dans son élaboration qui laisse place à la créativité du chef de cave.

 

 

Il existe deux façons d’élaborer la champagne rosé!

1. le rosé d’assemblage

Unique en son genre parce qu’interdit partout ailleurs dans l’UE pour la production des vins rosés, nous assemblons des vins blancs et des vins rouges pour arriver au résultat rosé que l’on connait.

Une spécificité bien champenoise que l’on considère chez nous comme un art.

Celui de savoir assembler les vins et d’anticiper leur évolution dans le temps.

Parce que si le vignoble champenois est en effet parfaitement adapté à la production de vins pétillants, élégants et frais, il est aussi, sur certains grands terroirs, pourvoyeur d’exceptionnels vins rouges.

La seule règle qui prévale: pas de grand rosé sans un grand vin rouge.

Mais tous les champagnes rosés ne sont pas produits de la sorte.

2. le rosé de saigné

Il existe une petite fraction des champagnes rosés qui sont élaborés à partir des mêmes techniques que les vins rosés.

Pour faire simple, la couleur rosé ne vient pas du mélange des vins blancs et rouges mais du pressurage de la peau et/ou de la macération.

On obtient alors un rosé d’une robe plus intense, et des arômes plus vineux et plus riches qu’avec le rosé d’assemblage. Il n’en est pas moins bon pour autant !

Et si l’on n’aime pas le champagne rosé ?

On se précipitera sur l’Extra-Brut pour sa finesse ou le Millésimé 2009 Brut Nature (sans sucre ajouté) pour sa tension et sa fraîcheur.